PROFESSIONS LIBÉRALES : MARQUE OU CRÈVE®

Notaires, huissiers, avocats… pour vous aussi le monde change !
Tout le monde s’accorde à dire que notre société évolue très vite et que les dernières années ont connu des bouleversements inédits.

Vos métiers entrent dans l’univers impitoyable de la concurrence. Vous entrez dans ce monde caractérisé par le chaos communicationnel. La banalisation des expertises, le “tous pareils” rendent la sélection de l’expert peu lisible pour le client. Tout repose sur le réseau, le bouche à oreille… Se positionner sur une expertise ou un marché n’est plus suffisant. Il est nécessaire d’y associer une approche branding : Se démarquer devient essentiel.

Pourtant souvent encore, les réticences sont fortes : se démarquer ? Être une marque ? Pas pour nous !

Pourtant le besoin identitaire s’impose à tous : Entreprises, organisations, musées, personnalités, événements… tout peut devenir marque !

Or sans identité, par de marque. Mais trop souvent, l’identité est résumée à un logo ou une charte graphique, c’est une vision simpliste. Une identité est une combinaison d’éléments matériels (produits, nom, lieu…) et immatériels (histoire, valeurs, vision…). Cette combinaison est complexe. Son management réclame de l’expertise.

Être une marque…

Ça sert à quoi ?

À créer un capital immatériel, à devenir un repère ou une référence sur son secteur, à générer de l’adhésion, notamment interne, à son projet, à être attractif, désirable…

« La marque d’une organisation, comme une maison pour une famille, est probablement son actif le plus important. Il est intéressant de constater que les deux vieillissent à peu près au même rythme. » par Amy Fuller, Directrice générale, Marque mondiale.

Ça veut dire quoi ?

Disposer d’une identité marquante, faire valoir ses différences, proposer une expérience clients, voire agréger des communautés.

Une opportunité ? : être pionnier !

Créer et manager une marque peut vous permettre de rapidement faire la différence et devenir un leader de marque.

Dans les contextes qui se multiplient de réorganisation des études, offices, cabinets de professions libérales (croissance par fusion, rapprochement de compétences), créer un nom commun pour fédérer est souvent nécessaire. Cela peut-être le point de départ de la réflexion sur l’identité de marque.

Du nom patronymique à la marque.

Bien sûr un nom patronymique peut devenir une marque, et même une grande marque : Peugeot, Lacoste, Deloitte, EY… Mais dans ces hypothèses, le vide sémantique du nom a été comblé par un univers de sens : des signes agrégateurs, des visions de marques, des innovations…

L’exemple des « big four » démontre le développement d’une culture « branding ».


En 1849, le cabinet Price est fondé à Londres par Samuel Lowell Price. En 1854, le cabinet Cooper Brothers est fondé à son tour à Londres. En 1865, Edwin Waterhouse rejoint le cabinet Price qui devient Price Waterhouse.

EY, anciennement Ernst & Young, est un des principaux cabinets d’audit financier, l’un des Big Four et le troisième réseau mondial en terme de chiffre d’affaires.

Et aussi…

DIDACTIS

DEBEUGNY

Partager